8 mars 2019 à Impfondo : les congolaises sensibilisés au retour à la terre

Snow
Snow
Snow

8 mars à Impfondo : les congolaises sensibilisés au retour à la terre

Impfondo, chef lieu du département de la Likouala, a abrité les festivités de la journée du 8 mars célébrée cette année, au niveau national, sur le thème « l’implication de la femme congolaise dans la lutte pour l’autosuffisance alimentaire ».

Marraine de l’évènement, la Première dame du Congo, Antoinette Sassou N’Guesso, a lancé un appel à la révolution agricole en vue de faire de l’agriculture un des fleurons de l’économie congolaise.

« Cette révolution exigera des efforts conjugués des hommes et des femmes. L’implication de la femme congolaise pour l’autosuffisance alimentaire est un combat car, il en va de notre souveraineté alimentaire », a-t-elle déclaré.

La journée internationale de la femme dans le département de la Likouala a été marquée par un grand défilé de toutes les couches de la gente féminine sur le boulevard du 5 février.

L’évènement a drainé du monde venu non seulement des districts que compte ce département, mais également de Brazzaville dont les différentes délégations étaient composées entre autres, des membres du gouvernement, des ambassadeurs accrédités au Congo, et de plusieurs invités de marque.

Pendant près de trois heures environ, sous un soleil accablant, les spectateurs ont vu passer les représentantes des ministères, des partis politiques, des associations, des confessions religieuses, sans oublier celles des sept districts de la Likouala (Impfondo, Epena, Bouaniéla, Dangou, Eniélé, Bétou, Liranga).

Peu avant le défilé, Antoinette Sassou N’Guesso a saisi cette occasion pour lancer un appel à la révolution agricole afin que l’agriculture devienne, « le fer de lance de l’économie congolaise ».

Pour réussir dans cette aventure, la première dame conseille de partir à la conquête des terres, créer des exploitations performantes, et transformer des productions issues de l’agriculture, de l’élevage et de la pisciculture. Elle a, par ailleurs, encouragé les animatrices de l’économie à s’organiser en groupement coopératif et associatif. L’accent, a-t-elle dit, devrait être mis sur la formation de la femme, ainsi que celle de la jeune fille.

Renforcer les capacités des actrices du développement

Au-delà du caractère festif attribué à la journée internationale de la femme, la ministre de la promotion de la femme et de l’intégration de la femme au développement, Ines Nefer Bertille Ingani pense que  cet évènement consiste plutôt à mener des réflexions pour faire le bilan des revendications, et surtout renforcer des stratégies afin d’atteindre des objectifs dans les courts et moyens termes. Pour la ministre, le travail des femmes de la Likouala, très actives dans l’agriculture, la pêche et la transformation des aliments, mérite une attention particulière de la part des pouvoirs publics et des partenaires au développement.

En effet, le thème choisi cette année, a-t-elle expliqué, proposait de réfléchir aux moyens innovants permettant de faire progresser l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, notamment dans les systèmes de protection sociale, l’accès au service public et la construction d’infrastructures durables.

L’innovation et la technologie offre certes des possibilités sans précédents, mais les tendances, a-t-elle fait observer, font apparaître une fracture numérique croissante entre les sexes, puisque les femmes sont sous-représentées dans plusieurs domaines (science ; technologie, ingénierie, mathématiques etc.)

« Il est important de faire le lien entre la technologie intelligente et le rôle que jouent les femmes rurales dans la production, la transformation et la commercialisation des aliments de base. Il s’agit, aujourd’hui, de renforcer les capacités des actrices du développement afin de facilité leur travail de transformation des produits, à travers une agriculture mécanisée et l’acquisition du matériel motorisé », a indiqué la ministre.

Elle a, en outre, félicité et encouragé les femmes de la Likouala qui, en dépit des difficultés liées à l’écoulement de leur production, s’activent quotidiennement dans les travaux agricoles, ainsi que dans la transformation en vue de couvrir les besoins alimentaires de la population.

Par la même occasion, Ines Nefer Ingani a réitéré la reconnaissance des femmes congolaises au président de la république pour l’inscription de la parité comme principe constitutionnel, notamment l’article 17 de la constitution du 25 octobre 2015, et pour la création du conseil consultatif de la femme dont le processus de mise en place connait, d’après elle, un succès progressif avec comme particularité la nomination d’une femme autochtone  au secrétariat exécutif permanent.

Divers dons aux populations…

A travers le thème international de cette année, les femmes sont résolument invitées à s’impliquer activement dans la lutte pour l’autosuffisance alimentaire. C’est dans cette optique que l’épouse du chef de l’Etat a pensé offrir des équipements destinés à aider des associations et des groupements de femmes travaillant dans le secteur agricole. Au total, quinze associations ont reçu chacune une moto tricycle Kavaki, une moto pompe, un moulin à foufou, une pétrisseuse de manioc, des brouettes, des fûts et du matériel aratoire.

Selon la directrice de cabinet de l’épouse du chef de l’Etat, Blandine Malila, les kits agricoles ne pourront certes pas combler toutes les attentes, mais contribueront à l’amélioration du rendement des femmes.

A l’hôpital de base d’Impfondo, actuellement confronté à d’énormes difficultés, la Fondation Congo Assistance, représentée par une délégation conduite par la chargée des affaires sociales, Cantey Cissé Bodzongo a offert un lot de matériel médical et des médicaments de première nécessité.

Le 8 mars, soulignons-le, a, entre autres objectifs, de reconnaitre les victoires et les avancés réalisées en matière de revendications des droits de la femme. C’est le sens à donner à la décoration d’un échantillon de personnalités féminines par le chef de l’Etat, Denis Sassou N’Guesso. En effet, treize personnes ont reçu, dans l’ordre du mérite congolais des grades de commandeur, d’officier ; de chevalier de dévouement et d’honneur.

La compétition du ndzango, une course des piroguières et un marathon ont constitué des points d’attraction des activités organisées à Impfondo. Pour ponctuer les festivités, l’épouse du chef de l’Etat, marraine de l’édition a offert un banquet en l’honneur des femmes.

Yvette Reine Nzaba

 

www.000webhost.com