Santé publique : vers la création d’un fonds dédié à la drépanocytose

Snow
Snow

Santé publique : vers la création d’un fonds dédié à la drépanocytose

Au cours d’une table ronde sur la maladie organisée le 24 septembre, à New York, l’initiative mondiale pour le développement (IGD) que dirige Leila Ndiaye, ainsi que d’autres premières dames ont approuvé la proposition faite par l’épouse du chef de l’Etat, Antoinette Sassou N’Guesso lors de la 69e session du comité régional de l’OMS, tenue récemment à Brazzaville.

La rencontre a eu pour objectif de mettre à la disposition du public de plus amples informations, et de rechercher des solutions pour combattre cette maladie génétique. Elle a connu la participation de Brett P. Giroirun pédiatre américain. C’est un amiral quatre étoiles du Corps de la Commission du Service de santé publique des États-Unis, qui occupe actuellement le poste de secrétaire adjoint à la Santé.

Plusieurs autres personnalités américaines, dont Kévin William et le professeur Taylor sont venus apporter leur contribution dans la recherche des stratégies de lutte contre cette maladie.

A cet effet, la première dame du Congo a pris la parole pour réitérer son idée de créer un fonds national « basé sur des financements innovants », afin d’assurer l’accès des avancées thérapeutiques issues de la recherche. Elle a, en outre rappelé le combat qu’elle a eu à mener dans le monde entier, pendant des années, pour sortir la drépanocytose de l’anonymat. Un combat qui a abouti, a-t-elle indiqué, à la construction d’un centre national de référence de la drépanocytose qui porte son nom.

Intervenant pour le compte du Congo, le directeur général de ce centre, le Pr Alexis Elira Dokekias a expliqué la nécessité de faire en sorte que cette maladie soit prise en charge. Une vision qui ne pourra être concrétisée qu’à travers la formation et l’information. Pour lui, beaucoup reste encore à faire. S’agissant des progrès réalisés ces dernières années au Congo, il pense que des avancées significatives ont été enregistrées surtout chez les adultes.

Par ailleurs, Denise Tshisekedi de la République démocratique du Congo, et Aminata Maiga Keita du Mali ont également pris la parole pour expliquer le combat qu’elles mènent dans leur pays respectif concernant la lutte contre la drépanocytose.

A l’issue de la rencontre, l’IGD, en partenariat avec Chevron et d’autres partenaires, s’est engagée à travailler avec les premières dames d’Afrique, en vue d’améliorer la prise en charge, de mutualiser les efforts et parvenir à des résultats probants.

Yvette Reine Nzaba

www.000webhost.com