Tchad : la première dame s'implique dans la prise en charge des malformations congénitales

Snow
Snow
Snow

Tchad : la première dame s'implique dans la prise en charge des malformations congénitales

Dans la foulée de la célébration du premier anniversaire de la Fondation Grand Cœur que dirige l’épouse du chef de l’Etat tchadien, Hinda Deby Itno, les premières dames d’Afrique ont participé à l’inauguration, le 13 janvier à N'Djamena, d’une unité de prévention et de prise en charge des malformations congénitales au sein de l’Hôpital "Mère -et- enfant". 

L’épouse du chef de l’Etat congolais, Antoinette Sassou N’Guesso, forte d’une expérience de plus de trente ans à la tête de la Fondation Congo Assistance, a pris part à l'événement, sur invitation de sa consœur du Tchad. Différentes activités liées à cette célébration ont été organisées, parmi lesquelles un gala de charité en présence du premier ministre tchadien, Albert Pahimi Padacké.

Dans un livre d’or signé pour la circonstance, Antoinette Sassou N’Guesso a vanté les œuvres caritatives de la Fondation Grand Cœur que dirige sa consœur du Tchad.

Selon la secrétaire générale de la Fondation Grand Cœur (FGC), Lucienne Dillah, cette première unité de prévention et de prise en charge des malformations congénitales « aura un grand rôle à jouer au regard de la situation que traversent les familles tchadiennes ». Dans ses projets structurants, cette fondation entend construire un grand centre d’accueil pour enfants.

Signalons que huit millions d’enfants dans le monde, soit 6% des nouveau-nés, présentent des malformations congénitales d'origine génétique ou partiellement génétique, selon un nouveau rapport de « March of Dimes », une agence américaine bénévole de santé.

Quelque 3,3 millions d'enfants de moins de 5 ans meurent annuellement à cause de sérieuses malformations congénitales, définies comme anomalies de structure ou de fonction, indique le rapport qui souligne qu'environ 3,2 millions parmi ceux qui survivent peuvent être handicapés mentalement ou physiquement pour la vie.

Les malformations congénitales constituent un problème mondial, mais leur impact est particulièrement grave dans les pays à revenu moyen ou bas qui enregistrent 94% des naissances avec de graves anomalies et 95% de morts infantiles.

Pour sa part, le ministre tchadien de la Santé, Aziz Mahamat Saleh, a reconnu l’apport de cette jeune fondation dans la lutte contre les inégalités sociales. La FGC pour le bien-être social et le développement est une initiative de la première dame du Tchad, Hinda Deby Itno. Ses activités ont été officiellement lancées en janvier 2017, à N’Djamena. Elle a pour principales missions : la lutte contre les inégalités sociales, la recherche du bien-être de la population, le développement, l’encouragement du mérite et la promotion de l’excellence.

Au cours de sa première année d’existence, la Fondation a mené de nombreuses actions, notamment dans les domaines de la santé, du social, de l’éducation, de la promotion du genre et de l’autonomisation de la femme.

 Yvette Reine Nzaba